francés

L’importance

Per Didier Tousis

J’ai laissé s’enfuir tant de choses
Que je n’ai pas su retenir
Des émotions à peine écloses
Que j’ai jetées aux souvenirs
Je n’avais pas le temps d’attendre
Précipité sur mon chemin
Je n’avais pas le temps d’apprendre
A goûter le sel de ces riens
J’ai laissé s’enfuir tant de choses
Pourtant j’ai rêvé de sentir
S’accomplir ma métamorphose
Dans l’ultime besoin d’écrire
Tu les reconnaîtras quand même

Je croyais me passer des mots
Et de l’urgence des serments
Et je cachais dans mon chapeau
Les secrets de mes sentiments
Mais j’enrage aujourd’hui de suivre
La trace des instants perdus
Et je voudrais faire revivre
Ces ombres qui ont disparu
Je brandis mon âme d’artiste
Tant pis si vous n’écoutez pas
Pour que mon avenir existe
Je dois pouvoir suivre ses pas

Je m’étais trompé d’importance
Je veux tenir entre mes mains
Ce qui existe de la présence
De l’amour des joies des chagrins
Des vers des mots ou des chansons
Tout est bon mais il faut le dire
Et communiquer la passion
Du véritable sens de vivre
Je m’étais trompé d’importance
Ce qu’il reste de mes années
C’est cette imperceptible essence
De l’amour et de la beauté

Et toi qui t’endors sous mon aile
que puis-je prouver à ton coeur
tes yeux rendent ma vie plus belle
et lui donnent un peu du bonheur
que j’avais laissé dans le vent
fuir mes chansons et mes poèmes
on a tout juste assez de temps
pour cueillir les fleurs que l’on sème
je pleure ces heures muettes
Je veux réparer ces instants
écrire et dire que je t’aime
même loin de ton corps d’enfant
ces mots seront écrits toujours
serments d’amour ou déchirure
qu’importe l’âge de l’amour
ils témoignent de nos blessures
rien ne pourra plus m’empêcher
ni vos yeux ni la peur des rires
il est encore temps de chanter
il est encore temps de vivre
j’écris ces mots pour qu’ils existent
j’avais besoin de les toucher
et si ton amour leur résiste
ils pourront au moins lui parler.

5 cançons del meteis grop :

Comentaris

Vos cal connectar per poder postar de comentaris.

Concepcion : Aure Séguier, Grafismes : Géraldine Puel